Éléonore Lubna et Louis Matton — Faire ensemble, contrer l’archive

Éléonore Lubna, Louis Matton, Réunion de fin de chantier communal, 2019, courtoisie Lubna-Matton

Le travail au long cours d’Éléonore Lubna et Louis Matton a comme point de départ un conflit devenu légendaire : celui qui opposa le Conseil Awajún et Huambisa, qui représente ces deux communautés amazoniennes, et le cinéaste allemand Werner Herzog.

Publié le
Catégorisé comme Exposition

Voyage, guerre et exil

Etel Adnan, Untitled, 2015, Courtoisie Galerie Lelong

Ce texte fut l’objet d’une intervention le 11 février 2022, au sein d’une journée d’étude sur Walter Benjamin, mené par le laboratoire HAR. Je voulais y rapprocher le penseur allemand, de la poétesse Etel Adnan, récemment disparue.
Comment penser le poème, remodelant le monde, permettant au poète de surmonter les épreuves et d’aller au-delà, par l’étude, la traduction et la création ; la possibilité même de faire-œuvre, qui sauve tout du feu de l’Histoire.

Le baroque de la dette publique en littérature — Sandra Lucbert

Sandra Lucbert, Le ministère des contes publics, Verdier, 2021

C’est avant tout un petit livre jaune qui décrypte une émission télévisée diffusée sur une chaîne du service public, qui elle-même évoque un drame survenu à Die dans la Drôme ; dans une zone rurale au milieu de la diagonale du vide.

À propos d’une chambre occupée — Wiame Haddad et la mémoire

Wiame Haddad, À propos d'une chambre occupée (vision d’une soirée d’octobre 1961), 2020, courtoisie Galerie Eric Dupont

J’ai bien failli passer à côté, marchant dans la rue d’un pas pressé dans la demi-nuit des après-midi de décembre. Et l’image de cette chambre occupé m’est apparue, en fond de cour dans un clin d’œil. Après un court moment de réflexion, je fis demi-tour et me décider à entrer dans la galerie afin de me confronter à elle.

Puisqu’il faut bien commencer quelque part

Nicholas Nixon, View of Essex Street and downtown entrance to the Massachusetts Turnpike, Boston, 1976, courtoisie Fraenkel Gallery

J’aurais pu, j’aurais voulu appeler ce carnet Marginalia, car il sera la somme des notes sur les abords de ma thèse, qui débute à peine. Les Marginalia — qui n’existent qu’au pluriel — sont les notes qu’un lecteur laisse dans les marges d’un livre, des indices de lectures succincts et instantanés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search