Le baroque de la dette publique en littérature — Sandra Lucbert

Sandra Lucbert, Le ministère des contes publics, Verdier, 2021

C’est avant tout un petit livre jaune qui décrypte une émission télévisée diffusée sur une chaîne du service public, qui elle-même évoque un drame survenu à Die dans la Drôme ; dans une zone rurale au milieu de la diagonale du vide. En 2017, la maternité de ce village, la plus petite de France, a fermé pour cause de réduction budgétaire. L’établissement la plus proche se trouve désormais à une heure de route, ce qui empêche toute possibilité d’intervention, si ce n’est de passer aux urgences qui sont bien entendu, saturées. En trois années, cette aberration a entrainé trois accouchements sur la route, mais aussi la mort d’un nouveau-né à la suite de complications qui n’ont pas être prise à temps1.

Pour Sandra Lucbert, cette mort était évitable. Elle s’attache à montrer comment cette émission veut rendre ce drame inévitable de manière fataliste : « c’est comme ça parce que c’est comme ça2 », sans jamais donner les raisons qui ont conduit à cette situation : la sacro-sainte guerre contre les dépenses publiques, le devoir de résorber la dette ; dont viennent se justifier les différents personnages publiques décisionnaires, de droite comme de gauche, appelés par leurs prénoms, et dont les styles et les mimiques sont immédiatement reconnaissables. Tout en rendant quasiment interchangeables les notions de dépenses et de dette publiques, ces officiels justifient leurs positions par un pseudo-paternalisme. Dans la bouche de Jean-Claude, cela donne :« Moi je n’appelle pas ça austérité, j’appelle cela retour à une situation normale3 » ou dit autrement, on ne peut pas vivre au dessus de nos moyens, on ne peut pas léguer la dette à nos enfants. Ce ne sont en fait que des excuses bien rodées pour que l’entreprise France garde la confiance des investisseurs et puisse continuer à rembourser ses créanciers, possesseurs de patrimoine. Et cela même si le prix est une mise à sac de tout service public et même au danger des citoyens sous couvert d’économie et de responsabilité ; l’État doit être fiable uniquement pour ses créanciers.

Michel Houellebecq, Interventions, Paris, éditions Flammarion, « Fiction Française », 1998

Dans une de ses Interventions, Michel Houellebecq se plaint du fait qu’« on lui demande de choisir entre Chirac et Jospin et qu’on refuse de le consulter sur la monnaie unique4 » ; car c’est un sujet trop sérieux pour être soumis au vote. De là, un conclusion, comme toujours, lapidaire chez cet auteur : « Nous ne sommes pas en démocratie » ; tout est déjà comme décidé en avance et nous avons très peu de pouvoir sur des décisions déjà prises depuis longtemps et qui ne souffrent pas qu’on puisse être contre.

C’est malgré tout le sentiment que donne ce petit livre jaune, celui qu’ « à la fin, tout se passera comme ça doit2 ». Peu importe la couleur politique du décideur, ce sont les techniciens de la finance, les poseurs de verrous qui dictent leurs loi. La machine étatique se doit d’être rentable, de ne plus dépenser car comme le dit le directeur de la Banque de France en pleine crise sanitaire de manière cynique : « Le Quoi qu’il en coute doit laisser sa place à un Quand ça vaut le coût5 » ; là n’est pas question d’investissement pour l’avenir ou d’égalité des chances mais bien d’un coup de rabot général sur tout ce sur quoi l’État à la main, et tant pis si cela continue à pénaliser le futur comme c’est si terriblement visible pendant notre actuelle crise sanitaire.

  1. Mélanie Tournadre, « Maternité de Die : la justice donne raison au collectif de défense de l’hôpital », France Bleu Drôme Ardèche, 10 juillet 2020, url : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-fermeture-maternite-die-t-elle-mis-vies-danger-plusieurs-parents-temoignent-1629834.html []
  2. Sandra Lucbert, Le ministère des contes publics, Lagrasse, Verdier, 2021, p.33 [] []
  3. Sandra Lucbert, Le ministère des contes publics, , Lagrasse, Verdier, 2021, p.66 []
  4. Michel Houellebecq, Interventions, « Calais-Pas-de-Calais », Paris, éditions Flammarion, 1998 []
  5. Sandra Lucbert, Le ministère des contes publics, Lagrasse, Verdier, 2021, p.33
    Pour aller plus loin, voir aussi cet entretien chez Lundi Matin, « LaDettePubliqueC’estMal et autres contes pour enfants » : https://lundi.am/LaDettePubliqueC-estMal-et-autres-contes-pour-enfants []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.